Bitcoin, pas blockchain - Graduellement, puis soudainement #7

17 mars 2022

traduit par Jolan, originalement publié sur le blog d'Unchained Capital le 6 septembre 2019

golfe-mexique
Golfe du Mexique
🎨

Avez-vous déjà entendu un ami intelligent dire qu'il doute du Bitcoin mais qu'il croit en la technologie blockchain ? C'est comme dire que vous croyez aux avions mais que vous n'êtes pas sûr des ailes ; et il y a de fortes chances que quiconque pense cela ne comprenne pas la situation non plus. En réalité, le Bitcoin et sa blockchain sont dépendants l'un de l'autre. Cependant, si vous êtes novice en matière de Bitcoin, il peut être incroyablement difficile de comprendre son fonctionnement et de s'y retrouver. Franchement, cela peut être accablant ; étant donné la complexité et le volume des projets, qui a le temps de tout évaluer ? Il existe en fait un cheminement accessible, mais il faut savoir par où commencer. S'il existe apparemment des milliers de crypto-monnaies et d'initiatives blockchain, il n'y en a qu'une seule qui compte : le Bitcoin. Ignorez tout le reste comme s'il n'existait pas et essayez d'abord de comprendre pourquoi le Bitcoin existe et comment il fonctionne ; c'est la meilleure base pour pouvoir ensuite réfléchir à l'ensemble des autres initiatives.

Il s'agit également du point d'entrée le plus pratique : avant de vous lancer et de risquer une somme durement gagnée, prenez le temps de comprendre le Bitcoin, puis utilisez ces connaissances pour évaluer le secteur. Il n'est pas garanti que vous parveniez aux mêmes conclusions, mais le plus souvent, ceux qui prennent le temps de comprendre intuitivement comment et pourquoi le Bitcoin fonctionne reconnaissent plus facilement les défauts inhérents au domaine. Et même si ce n'est pas le cas, commencer par le Bitcoin reste votre meilleur espoir de faire une évaluation avisée et indépendante. En fin de compte, le but du Bitcoin n'est pas de gagner de l'argent ni de s'enrichir rapidement ; il s'agit essentiellement de stocker la valeur que vous avez déjà créée, et personne ne devrait s'y risquer sans la base de connaissances nécessaire. Dans le monde des monnaies numériques, c'est le Bitcoin qui possède les antécédents les plus longs à évaluer et la plus grande quantité de ressources pour apprendre, c'est pourquoi le Bitcoin est le meilleur outil à apprendre.

livres-Bitcoin

Pour commencer ce voyage, il faut d'abord savoir que le Bitcoin a été créé pour résoudre un problème spécifique à l'argent moderne. Le fondateur du Bitcoin a entrepris de créer un système de monnaie numérique pair à pair sans avoir besoin d'un tiers de confiance, et la blockchain était un élément essentiel de la solution. En pratique, le Bitcoin (la monnaie) et sa blockchain sont interdépendants. L'un n'existe pas sans l'autre ; le Bitcoin a besoin de sa blockchain pour fonctionner et il n'y aurait pas de blockchain fonctionnelle sans une monnaie native (le Bitcoin) pour inciter les acteurs à la protéger. Cette monnaie native doit être viable en tant que forme d'argent car c'est exclusivement elle qui paie la sécurité, et elle doit avoir des propriétés monétaires crédibles afin d'être viable.

Sans argent, il n'y a pas de sécurité et sans sécurité, la valeur de la monnaie et l'intégrité de la chaîne s'effondrent. C'est pour cette raison qu'une blockchain n'est utile que dans le cadre de l'application de l'argent, et l'argent ne pousse pas sur les arbres comme par magie. Oui, c'est aussi simple que cela. Une blockchain n'est bonne qu'à une seule chose, supprimer le besoin d'un tiers de confiance qui ne fonctionne que dans le contexte de l'argent. Une blockchain ne peut pas faire appliquer quoi que ce soit qui existe en dehors du réseau. Alors qu'une blockchain semblerait capable de faire le suivi de la propriété en dehors du réseau, elle ne peut faire respecter que la propriété de la monnaie qui est native au réseau. Bitcoin fait le suivi de la propriété et fait respecter la propriété. Si une blockchain ne peut pas faire les deux, tous les enregistrements qu'elle conserve seront intrinsèquement peu sûrs et finalement sujets à changement. En ce sens, l'immuabilité n'est pas une caractéristique inhérente à une blockchain, mais plutôt une propriété émergente. Et si une blockchain n'est pas immuable, sa monnaie ne sera jamais viable en tant que forme d'argent car le transfert et le règlement final ne seront jamais possibles de manière fiable. Sans règlement final fiable, un système monétaire n'est pas fonctionnel et n'attirera pas de liquidités.

En fin de compte, les systèmes monétaires convergent vers un seul support parce que leur utilité est la liquidité plutôt que la consommation ou la production. Et la liquidité se consolide autour de la réserve de valeur la plus sûre à long terme ; il serait irrationnel de stocker de la richesse dans un réseau monétaire moins sûr et moins liquide si un réseau plus sûr et plus liquide existait comme option accessible. L'implication globale est qu'une seule blockchain est viable et finalement nécessaire. Toutes les autres crypto-monnaies sont en concurrence pour le même cas d'utilisation que le Bitcoin, celui de l'argent ; certains en sont conscients, d'autres non, mais la valeur continue de se consolider autour du Bitcoin parce qu'il s'agit de la blockchain la plus sûre par un ordre de grandeur d'écart et que toutes sont en concurrence pour le même cas d'utilisation. La compréhension de ces concepts est fondamentale pour le Bitcoin et elle fournit également une base pour considérer et évaluer le bruit au-delà du Bitcoin. Une fois que l'on sait comment fonctionne réellement le Bitcoin, on comprend pourquoi il n'y a pas de blockchain sans Bitcoin.

Il n'y a pas de blockchain

Souvent, le registre des transactions du Bitcoin est considéré comme une blockchain publique qui vit quelque part dans le nuage, comme une place publique numérique où toutes les transactions sont enregistrées. Cependant, il n'y a pas de source centrale de vérité, il n'y a pas d'oracles et il n'y a pas de blockchain publique centrale sur laquelle chacun effectue indépendamment des transactions. Au lieu de cela, chaque participant du réseau construit et maintient sa propre version indépendante de la blockchain sur la base d'un ensemble de règles communes ; personne ne fait confiance à personne et tout le monde valide tout. Chacun est en mesure d'obtenir la même version de la vérité sans avoir à faire confiance à une autre partie. Ce principe est au cœur de la manière dont le Bitcoin résout le problème de la suppression des tiers de confiance d'un système de monnaie numérique.

multiple-blockchain

Chaque participant gérant un nœud au sein du réseau Bitcoin vérifie indépendamment chaque transaction et chaque bloc ; ce faisant, chaque nœud agrège sa propre version indépendante de la blockchain. Le consensus est atteint à travers le réseau parce que chaque nœud valide chaque transaction (et chaque bloc) sur la base d'un ensemble de règles de référence (et la chaîne la plus longue gagne). Si un nœud diffuse une transaction ou un bloc qui ne suit pas les règles du consensus, les autres nœuds le rejetteront comme non valide. C'est grâce à cette fonction que le Bitcoin peut se passer d'un tiers centralisé ; le réseau converge vers le même état cohérent de la chaîne sans que personne ne fasse confiance à une autre partie. Cependant, la monnaie joue un rôle essentiel dans la coordination du mécanisme de consensus du Bitcoin et dans la succession des blocs qui représentent finalement l'historique complet et valide des transactions du Bitcoin (ou sa blockchain).

Les bases du Bitcoin : blocs et minage

Considérez un bloc comme un ensemble de données qui relie le passé au présent. Techniquement, les blocs individuels enregistrent les changements de l'état général de la propriété des bitcoins dans un intervalle de temps donné. Dans l'ensemble, les blocs enregistrent l'historique complet des transactions en bitcoins ainsi que la propriété de tous les bitcoins à un moment donné. Seuls les changements d'état sont enregistrés dans chaque bloc. La manière dont les blocs sont construits, résolus et validés est essentielle au processus de consensus du réseau, et permet également de maintenir une offre fixe de bitcoins (21 millions). Les mineurs sont en concurrence pour construire et résoudre des blocs qui sont ensuite proposés au reste du réseau pour acceptation. Pour simplifier, considérez la fonction de minage comme un processus continu de validation de l'historique et de compensation des transactions Bitcoin en attente ; à chaque bloc, les mineurs ajoutent l'historique des nouvelles transactions à la blockchain et valident l'historique complet de la chaîne. C'est par ce processus que les mineurs sécurisent le réseau ; cependant, tous les nœuds du réseau vérifient ensuite la validité du travail effectué par les mineurs, ce qui garantit le respect du consensus du réseau. Plus techniquement, les mineurs construisent des blocs qui représentent des ensembles de données comprenant trois éléments critiques (en simplifiant encore) :

  1. Référence au bloc précédent → valider l'ensemble de l'historique de la chaîne.
  2. Transactions Bitcoin → effacer les transactions en attente (modifications de l'état de propriété).
  3. Transactions + frais Coinbase → compensation aux mineurs pour la sécurisation du réseau.
blocs-Bitcoin

Pour résoudre les blocs, les mineurs exécutent ce que l'on appelle une fonction de preuve de travail en dépensant des ressources énergétiques. Pour que les blocs soient valides, toutes les entrées doivent être valides et chaque bloc doit satisfaire la difficulté actuelle du réseau. Pour satisfaire à la difficulté du réseau, une valeur aléatoire (appelée "nonce") est ajoutée à chaque bloc, puis l'ensemble des données combinées est soumis à l'algorithme de hachage cryptographique du Bitcoin (SHA-256) ; le résultat (ou hachage) doit atteindre la difficulté du réseau pour être valide. Il s'agit d'une simple fonction d'estimation et de vérification, mais d'un point de vue probabiliste, des billions de valeurs aléatoires doivent être estimées et vérifiées afin de créer une preuve valide pour chaque bloc proposé. L'ajout d'un nonce aléatoire peut sembler superflu. Mais c'est cette fonction qui oblige les mineurs à dépenser d'importantes ressources énergétiques pour résoudre un bloc, ce qui, au final, rend le réseau plus sûr en rendant les attaques extrêmement coûteuses.

L'ajout d'un nonce aléatoire à un bloc proposé, qui est par ailleurs un ensemble de données statiques, fait que chaque sortie obtenue (ou hachage) est unique ; avec chaque nonce différent vérifié, la sortie obtenue a une chance égale et faible d'atteindre la difficulté du réseau (c'est-à-dire de représenter une preuve valide). Bien que l'on parle souvent d'un problème mathématique extrêmement compliqué, en réalité, il n'est difficile que parce qu'une preuve valide exige de deviner et de vérifier des billions de solutions possibles. Il n'y a pas de raccourcis ; il faut dépenser de l'énergie. Une preuve valide est facile à vérifier par d'autres nœuds, mais impossible à résoudre sans dépenser des quantités massives de ressources. Plus les ressources minières sont ajoutées au réseau, plus la difficulté du réseau augmente, ce qui nécessite de vérifier davantage d'entrées et de dépenser davantage de ressources énergétiques pour résoudre chaque bloc. Essentiellement, la résolution des blocs a un coût matériel pour les mineurs, mais tous les autres nœuds peuvent ensuite valider le travail très facilement et pratiquement sans coût.

Dans l'ensemble, la structure d'incitation permet au réseau d'atteindre un consensus. Les mineurs doivent engager des coûts initiaux importants pour sécuriser le réseau mais ne sont payés que si un travail valide est produit ; et le reste du réseau peut immédiatement déterminer si le travail est valide ou non sur la base des règles de consensus sans engager de coûts. Bien qu'il existe un certain nombre de règles de consensus, si une transaction en attente dans un bloc est invalide, le bloc entier est invalide. Pour qu'une transaction soit valide, elle doit provenir d'un bloc de bitcoins valide précédent et ne peut pas être une copie d'une transaction dépensée précédemment ; séparément, chaque bloc doit se baser sur la version la plus récente de l'historique pour être valide et il doit également inclure une transaction coinbase valide. Une transaction Coinbase récompense les mineurs avec des bitcoins nouvellement émis en échange de la sécurisation du réseau, mais elle n'est valide que si le travail est valide.

inflation-monétaire-de-Bitcoin

Les récompenses de Coinbase sont régies par un calendrier d'approvisionnement prédéterminé et actuellement, 12,5 nouveaux bitcoins sont émis dans chaque bloc valide ; dans environ huit mois, la récompense sera réduite de moitié à 6,25 nouveaux bitcoins, et tous les 210 000 blocs (ou environ tous les quatre ans), la récompense continuera d'être réduite de moitié jusqu'à ce qu'elle atteigne finalement zéro. Si les mineurs incluent une récompense invalide dans un bloc proposé, le reste du réseau la rejettera comme invalide, ce qui constitue le mécanisme de base qui régit une offre totale plafonnée à 21 millions de bitcoins. Cependant, le logiciel seul ne suffit pas à garantir une offre fixe ou un registre des transactions précis ; des incitations économiques maintiennent le tout.

Consensus sur une structure décentralisée

Pourquoi est-ce si important ? Au sein d'une fonction intégrée, les mineurs valident l'historique, vérifient les transactions et sont payés pour la sécurité sur une base sans confiance ; l'intégrité de l'approvisionnement fixe du Bitcoin est intégrée dans sa fonction de sécurité, et comme le reste du réseau valide indépendamment le travail, le consensus peut être atteint sur une base décentralisée. Si un mineur effectue un travail valide, il peut compter sur le fait qu'il sera payé sur une base sans confiance. Inversement, si un mineur effectue un travail non valide, le reste du réseau applique les règles, en retenant essentiellement le paiement jusqu'à ce qu'un travail valide soit effectué. Et l'offre de la monnaie est intégrée dans la validité ; si un mineur veut être payé, il doit également faire respecter l'offre fixe de la monnaie, ce qui aligne encore plus l'ensemble du réseau. La structure d'incitation de la monnaie est si forte que tout le monde est obligé d'adhérer aux règles, ce qui est le principal facilitateur du consensus décentralisé.

Si un mineur résout et propose un bloc invalide, en particulier un bloc qui inclut des transactions invalides ou une récompense Coinbase invalide, le reste du réseau le rejettera comme invalide. Séparément, si un mineur construit une version de l'histoire qui ne représente pas la chaîne la plus longue avec la plus grande preuve de travail, tout bloc proposé sera également considéré comme invalide. Essentiellement, dès qu'un mineur voit un nouveau bloc valide proposé dans le réseau, il doit immédiatement commencer à travailler sur ce bloc ou risquer de prendre du retard et d'effectuer un travail invalide à un coût irrécupérable. Par conséquent, dans l'un ou l'autre scénario, si un mineur devait produire un travail non valide, il subirait un coût réel mais ne recevrait aucune compensation en retour.

la-gouvernance-Bitcoin

Grâce à ce mécanisme, les mineurs sont grandement incités à produire un travail honnête et valide et à travailler à tout moment dans le cadre du consensus de la chaîne ; soit ils sont payés, soit ils ne reçoivent rien. C'est également la raison pour laquelle plus le coût d'exécution du travail est élevé, plus le réseau est sécurisé. Plus l'énergie nécessaire pour écrire ou réécrire l'historique des transactions du Bitcoin est importante, plus la probabilité qu'un seul mineur puisse (ou veuille) nuire au réseau est faible. L'incitation à coopérer augmente à mesure qu'il devient plus coûteux de produire un travail qui serait autrement considéré comme invalide par le reste du réseau. Plus la sécurité du réseau augmente, plus le Bitcoin prend de la valeur. À mesure que la valeur du Bitcoin augmente et que les coûts de résolution des blocs augmentent, l'incitation à produire un travail valide augmente (plus de revenus mais plus de coûts) et la pénalité pour un travail invalide devient plus punitive (pas de revenus et plus de coûts).

Pourquoi les mineurs ne s'entendent-ils pas ? Premièrement, ils ne peuvent pas. Deuxièmement, ils ont essayé. Mais troisièmement, la raison fondamentale est qu'au fur et à mesure que le réseau se développe, il devient plus fragmenté et la valeur économique rémunérant les mineurs dans leur ensemble augmente ; du point de vue de la théorie des jeux, une concurrence accrue et un coût d'opportunité plus élevé rendent la collusion plus difficile et tous les nœuds du réseau valident le travail effectué par les mineurs, ce qui constitue un contrôle et un équilibre constants. Les mineurs sont simplement payés pour rendre un service et plus il y a de mineurs, plus l'incitation à coopérer est grande car la probabilité qu'un mineur soit pénalisé pour un travail non valide augmente avec la concurrence. Et rappelez-vous la valeur aléatoire du nonce ; elle semblait étrangère à l'époque, mais elle est au cœur de la fonction qui exige la dépense de ressources énergétiques. C'est ce coût tangible (skin in the game/jouer sa peau) combiné à la valeur de la monnaie qui encourage le travail valide et qui permet au réseau d'atteindre un consensus.

Étant donné que tous les nœuds du réseau valident indépendamment les blocs et que les mineurs sont pénalisés au maximum en cas de travail non valide, le réseau est en mesure de former un consensus quant à l'état exact de la chaîne sans s'appuyer sur une source unique de connaissances ou de vérité. Aucune de ces coordinations décentralisées ne serait possible sans le Bitcoin, la monnaie ; tout ce que le réseau Bitcoin a pour compenser les mineurs en échange de la sécurité est sa monnaie native, que ce soit en grande partie sous la forme de bitcoins nouvellement émis aujourd'hui ou exclusivement sous la forme de frais de transaction à l'avenir. Si la rémunération versée aux mineurs n'était pas raisonnablement considérée comme une forme fiable de monnaie, l'incitation à réaliser les investissements nécessaires pour effectuer le travail n'existerait pas.

Le rôle de la monnaie dans une blockchain

Rappelez-vous de "Bitcoin ne peut être copié", si l'utilité principale (sinon unique) d'un actif est l'échange contre d'autres biens et services, et s'il n'a pas de droit sur le flux de revenus d'un actif productif (comme une action ou une obligation), il doit concourir comme une forme de monnaie et ne stockera de la valeur que s'il possède des propriétés monétaires crédibles. Le Bitcoin est un actif au porteur, et il n'a aucune utilité autre que l'échange contre d'autres biens ou services. Il n'a pas non plus de droit sur le flux de revenus d'un actif productif. En tant que tel, le Bitcoin n'a de valeur qu'en tant que forme d'argent et il n'a de valeur que parce qu'il possède des propriétés monétaires crédibles (voir L'étalon Bitcoin, chapitre 1). Par définition, ceci est vrai pour toute blockchain ; tout ce qu'une blockchain peut offrir en échange de sécurité est un actif monétaire natif du réseau, sans aucune revendication exécutoire en dehors du réseau, ce qui explique pourquoi une blockchain ne peut être utile qu'en relation avec l'application de la monnaie. C'est pourquoi une blockchain ne peut être utile que dans le cadre de l'application de l'argent. Le graphique ci-dessous de L'étalon Bitcoin articule ce point :

arbre-décisionnel-Bitcoin

Sans monnaie native, une blockchain doit reposer sur la confiance pour la sécurité, ce qui élimine le besoin d'une blockchain en premier lieu. Dans la pratique, la fonction de sécurité du Bitcoin (le minage), qui protège la validité de la chaîne sur une base sans confiance, nécessite un investissement initial important en capital en plus d'un coût marginal élevé (consommation d'énergie). Afin de récupérer cet investissement et un taux de rendement à l'avenir, le paiement sous forme de Bitcoin doit plus que compenser les coûts globaux, sinon les investissements ne seraient pas faits. Essentiellement, ce que les mineurs sont payés pour protéger (Bitcoin) doit être une forme d'argent fiable afin d'encourager les investissements dans la sécurité en premier lieu.

Cela est également fondamental pour la structure d'incitation qui encadre le réseau ; les mineurs ont une incitation intrinsèque à ne pas nuire au réseau, car cela porterait directement atteinte à la valeur de la monnaie dans laquelle les mineurs sont rémunérés. Si le Bitcoin n'était pas considéré comme une monnaie, il n'y aurait pas de mineurs, et sans mineurs, il n'y aurait pas de chaîne à protéger. La validité de la chaîne est en fin de compte ce que les mineurs sont payés pour protéger ; si le réseau ne pouvait pas raisonnablement parvenir à un consensus et si la propriété était sujette à changement, personne ne pourrait raisonnablement compter sur le Bitcoin comme mécanisme de transfert de valeur. La valeur de la monnaie protège en définitive la chaîne, et l'immuabilité de la chaîne est fondamentale pour que la monnaie ait de la valeur. C'est une relation intrinsèquement auto-renforcée.

L'immuabilité est une propriété émergente

L'immuabilité est une propriété émergente du Bitcoin, et non une caractéristique d'une blockchain. Un réseau monétaire mondial, décentralisé et sans autorité centrale ne pourrait pas fonctionner sans un grand livre immuable (c'est-à-dire si l'historique de la blockchain n'était pas sûr et pouvait être modifié). Si le règlement de l'unité de valeur (Bitcoin) ne pouvait pas être considéré comme définitif de manière fiable, personne ne pourrait raisonnablement échanger de la valeur réelle en retour. Prenons l'exemple d'un scénario dans lequel une partie achète une voiture à une autre en échange de bitcoins. Supposons que le titre de propriété de la voiture soit transféré et que la personne qui a acheté la voiture en prenne physiquement possession. Si l'enregistrement de la propriété du Bitcoin pouvait facilement être réécrit ou modifié (c'est-à-dire en changeant l'histoire de la blockchain), la partie qui a initialement transféré le Bitcoin en échange de la voiture pourrait se retrouver en possession à la fois du Bitcoin et de la voiture, tandis que l'autre partie pourrait se retrouver sans aucun des deux. C'est pourquoi l'immuabilité et le règlement final sont essentiels à la fonction du Bitcoin.

N'oubliez pas que le Bitcoin n'a aucune connaissance du monde extérieur ; tout ce que le Bitcoin sait faire, c'est émettre et valider de la monnaie (qu'un Bitcoin soit un Bitcoin). Bitcoin n'est pas en mesure de faire respecter quoi que ce soit qui existe en dehors du réseau (ni aucune blockchain) ; c'est un système entièrement autonome et le réseau Bitcoin ne peut jamais valider qu'un côté d'un transfert de valeur bilatéral. Si les transferts de bitcoins ne pouvaient pas être considérés comme définitifs de manière fiable, il serait fonctionnellement impossible d'échanger quoi que ce soit de valeur en échange de bitcoins. C'est pourquoi l'immuabilité de la blockchain du Bitcoin est inextricablement liée à la valeur du Bitcoin en tant que monnaie. Le règlement final en Bitcoin n'est possible que parce que son grand livre est immuable de manière fiable. Et son registre n'est fiable et immuable que parce que sa monnaie a de la valeur. Plus le Bitcoin a de valeur, plus il peut se permettre d'offrir de la sécurité ; plus la sécurité est grande, plus le grand livre est fiable et digne de confiance.

cycle-de-valeur

En définitive, l'immuabilité est une propriété émergente, mais elle dépend d'autres propriétés émergentes du réseau. À mesure que le Bitcoin se décentralise, il devient de plus en plus difficile de modifier les règles de consensus du réseau et de plus en plus difficile d'invalider ou d'empêcher des transactions par ailleurs valides (on parle souvent de résistance à la censure). Au fur et à mesure que le Bitcoin se révèle de plus en plus résistant à la censure, la confiance dans le réseau augmente, ce qui favorise l'adoption du réseau, qui se décentralise davantage, y compris sa fonction de minage. En substance, le Bitcoin devient plus décentralisé et plus résistant à la censure à mesure qu'il se développe, ce qui renforce l'immuabilité de sa blockchain. Il devient de plus en plus difficile de modifier l'histoire de la blockchain, car chaque participant représente progressivement une part de plus en plus petite du réseau ; quel que soit le degré de concentration de la propriété du réseau et du minage à un moment donné, les deux se décentralisent au fil du temps tant que la valeur augmente, ce qui fait que le Bitcoin devient de plus en plus immuable.

Bitcoin, pas blockchain

Cette structure incitative multidimensionnelle est compliquée mais elle est essentielle pour comprendre le fonctionnement du Bitcoin et pourquoi le Bitcoin et sa blockchain sont dépendants l'un de l'autre. Pourquoi chacun est un outil qui repose sur l'autre. Sans l'un, l'autre n'a pas de sens. Et cette relation symbiotique ne fonctionne que pour l'argent. Le Bitcoin en tant que bien économique n'a de valeur en tant que forme d'argent que parce qu'il n'a pas d'autre utilité. Ceci est vrai pour tout actif natif d'une blockchain. La seule valeur que le Bitcoin peut finalement fournir est celle d'un échange présent ou futur. Et le réseau n'est capable que d'une seule fonction agrégée : valider si un Bitcoin est un Bitcoin et enregistrer la propriété.

Le réseau Bitcoin est une boucle fermée et un système entièrement indépendant ; son seul lien avec le monde physique est sa fonction de sécurité et de compensation. La blockchain conserve un registre de propriété et la monnaie est utilisée pour payer la sécurité de ces registres. C'est grâce à la fonction de sa monnaie que le réseau peut se permettre un niveau de sécurité garantissant l'immuabilité de la blockchain, ce qui permet aux participants du réseau d'atteindre plus facilement et plus régulièrement un consensus sans avoir à faire confiance à des tiers. L'effet cumulé est un système monétaire décentralisé et sans confiance, avec une offre fixe, de portée mondiale et accessible sans autorisation.

Toute autre monnaie fiduciaire, monnaie marchandise ou crypto-monnaie est en concurrence pour le même cas d'utilisation que le Bitcoin, qu'on le comprenne ou non, et les systèmes monétaires tendent vers un support unique parce que leur utilité est la liquidité plutôt que la consommation ou la production. Lors de l'évaluation des réseaux monétaires, il serait irrationnel de stocker de la valeur dans un réseau plus petit, moins liquide et moins sûr si un réseau plus grand, plus liquide et plus sûr existe comme option accessible. Le Bitcoin a de la valeur, non pas en raison d'une caractéristique particulière, mais plutôt parce qu'il a atteint une rareté numérique finie. C'est la raison principale pour laquelle le Bitcoin est sûr en tant que réseau monétaire et c'est une propriété qui dépend de nombreuses autres propriétés émergentes.

zero-à-1

D'autre part, une blockchain est simplement une invention propre au Bitcoin qui permet de supprimer les tiers de confiance. Elle ne sert à rien d'autre. Elle n'a de valeur dans le Bitcoin qu'en tant que pièce d'un puzzle plus vaste et elle serait inutile si elle ne fonctionnait pas de concert avec la monnaie. L'intégrité de la rareté du Bitcoin et l'immuabilité de sa blockchain dépendent en fin de compte de la valeur de la monnaie elle-même. La confiance dans la fonction globale entraîne une adoption progressive et des liquidités qui renforcent et consolident la valeur du réseau Bitcoin dans son ensemble. Lorsque les individus optent pour le Bitcoin, ils choisissent en même temps de se retirer des réseaux monétaires inférieurs. C'est essentiellement pour cette raison que les propriétés émergentes du Bitcoin sont pratiquement impossibles à reproduire et que ses propriétés monétaires se renforcent avec le temps (et à plus grande échelle), au détriment direct des réseaux monétaires inférieurs.

Je ne crois pas que nous n’aurons jamais plus une bonne monnaie avant que nous ne retirions la chose du gouvernement, c'est-à-dire que nous ne pouvons pas la retirer violemment de la main du gouvernement, tout ce que nous pouvons faire est de l'introduire par un moyen détourné sournois qu'ils ne peuvent pas arrêter.

-- F. A. Hayek

En fin de compte, une blockchain n'est utile que dans l'application de la monnaie parce qu'elle dépend d'une monnaie native pour la sécurité. Le Bitcoin représente la blockchain la plus sûre par ordre de grandeur. Étant donné que toutes les autres blockchains sont en concurrence pour le même cas d'utilisation fondamental de la monnaie et que les effets de réseau du Bitcoin ne font qu'accroître son avantage en matière de sécurité et de liquidité, aucune autre monnaie numérique ne peut rivaliser avec le Bitcoin. La liquidité engendre la liquidité et les systèmes monétaires tendent vers un support comme fonction dérivée. La sécurité et la liquidité du Bitcoin ont supplanté toutes les autres crypto-monnaies avant qu'elles ne franchissent les portes du système. Trouvez-moi une crypto-monnaie qui se rapproche du Bitcoin en termes de sécurité, de liquidité ou de crédibilité de ses propriétés monétaires, et je vous trouverai une licorne.

La véritable concurrence pour le Bitcoin est et restera les réseaux monétaires traditionnels, principalement le dollar, l'euro, le yen et l'or. Pensez au Bitcoin par rapport à ces actifs monétaires traditionnels dans le cadre de votre éducation. Le Bitcoin n'existe pas dans le vide ; il représente un choix par rapport aux autres formes de monnaie. Évaluez-le en fonction des forces relatives de ses propriétés monétaires et, une fois qu'une base de référence aura été établie entre le Bitcoin et les systèmes existants, vous disposerez alors d'une base solide pour évaluer plus facilement tout autre projet lié à la blockchain.

Pour en savoir plus, je vous suggère de lire L'étalon Bitcoin (Saifedean Ammous), Inventer Bitcoin (Yan Pritzker) et Maîtriser Bitcoin (Andreas Antonopolous), probablement dans cet ordre.

Ne manque aucun épisode, abonne-toi 🚀
❤ Supporte Parlons Bitcoin avec un don sur Lightning ❤